Archives d’Auteur : Mathias Degoute

Avoir toujours les idées claires

On ne s’imagine pas assez souvent les philosophes au travail. De même on ne se représente guère ce qu’implique, en pratique, le travail de la pensée. Je me souviens avoir été très marqué par le film qui raconte la vie de la philosophe Hannah Arendt (1906-1975), sorti en 2012 et réalisé par Margarethe von Trotta. L’intellectuelle dont il est question a bouleversé le monde entier par sa pensée incisive, désarmante de recul et d’objectivité, d’autant qu’elle fut produite dans les circonstances insoutenables de la découverte des exactions nazies. Comment Hannah Arendt envisageait-elle son travail ? Comment l’organisait-elle ? Que fait-on concrètement quand on fait profession de penser ? On y voit l’héroïne se débattre avec ses éditeurs, ses détracteurs, on la voit au public comme au privé, mais surtout, on la voit penser. Et devinez comment la cinéaste a filmé l’actrice tenant le rôle titre en train de penser ? Sur un divan austère, allongée, endormie. Il faudrait faire le décompte des minutes et des plans consacrés à montrer l’actrice assoupie, à un mètre de sa machine à écrire tout entourée de désordre et de papiers chiffonnés ! Pour moi, c’est très clair : exceller, c’est d’abord sommeiller.

Lire la suite

Des approches pour trouver sa voie

Paulo Coelho (1947-) raconte qu’il a su toute sa vie que son rêve était de devenir écrivain, ce qu’il affirme encore aujourd’hui, après avoir vendu plus de deux cent millions de livres. C’est un des auteurs vivants les plus lus au monde. On ne l’a pourtant pas vraiment laissé faire : son père, ingénieur, ne pouvait concevoir que son fils choisisse une voie aussi hasardeuse. Sa mère ne l’a pas soutenu davantage. Le dépit et le tourment de Paulo Coelho le plongèrent dans un état que ses parents jugèrent suffisamment préoccupant pour l’envoyer de force en hôpital psychiatrique, alors qu’il n’avait que dix sept ans. Il admettra plus tard que ses parents ne voulait que son bien et que leurs choix furent guidé par l’amour qu’ils lui portaient. Il chercha à s’échapper de l’asile par trois fois, avant d’en être retiré pour de bon après trois ans d’enfermement. Il se plia alors à la volonté de ses parents et s’engagea dans des études de droit, en abandonnant son rêve de devenir écrivain. Cette vie rangée fut de courte durée : quelques mois plus tard il décida de partir sillonner le monde entier et d’embrasser une vie de hippie dans les années 60. Il revint vivre peu de temps après dans son Brésil natal pour s’associer à des chanteurs et chanteuses pour qui il travaillait en tant que parolier. En 1974, il fut arrêté, par la police de la dictature au pouvoir, pour subversion — les paroles des chansons qu’il écrivait ne correspondaient pas à l’idéologie en place. Ce n’est que plusieurs années plus tard qu’il décida de quitter tous les métiers qui l’occupaient pour se consacrer entièrement à ce qui le motive le plus : l’écriture. Coelho connut ensuite le succès phénoménal qu’on sait.

Lire la suite

L’orientation politique des journaux anglophones

Comprendre plus précisément la presse en anglais, c’est aussi connaître les opinions politiques de chacun des médias concernés. Pourquoi ? D’abord parce que l’orientation politique peut déterminer le choix des sujets, la plus ou moins bonne foi des chroniqueurs ou encore l’importance accordée à certains arguments au détriments d’autres.

La presse anglophone tend-elle plus à l’objectivité ou à la subjectivité ?

On trouve différents types d’articles dans les grands journaux traditionnels, qui reflètent une part variable laissée à l’objectivité :

  • Les articles factuels (factual articles), qui font état d’événements récents ou de faits divers ;
  • Les articles de fond (leading articles), plus longs, qui présentent en détails des questions précises, en donnant tous les arguments existants, de sorte de laisser les lecteurs se faire leur propre opinion ;
  • Les chroniques (columns), qui mettent bien avant leur auteur, afin de le laisser s’exprimer à titre personnel et engagé sur un sujet ;
  • Les éditoriaux (editorials), qui sont normalement la voix des rédacteurs en chef (editors) et qui font donc autorité pour comprendre le point d’un journal dans son ensemble ;
  • Les critiques (reviews), qui établissent jugements, interprétations et recommandations au sujet d’œuvres en tous genres, qu’il s’agisse de livres, de films, d’expositions ou autre.

Les articles les plus subjectifs sont par nature les columns, editorials et reviews. Ce sont eux qui sont le plus à même de véhiculer des opinions politiques. Le choix des sujets traités, le soutien ou rejet de candidats aux élections, ou de politiques, les opinions sur des sujets de sociétés sont autant d’exemples d’éléments qui ancreront les articles dans un point de vue de subjectif. Lire la suite

10 TED talks pour réviser les oraux 2018

Les conférences TED (Technology, Entertainment, Design) sont réputées pour leur concision et l’éloquence de leurs intervenants… qualités qui sont celles qu’on attend des candidats aux concours d’écoles d’ingénieur ! Cela fait de ces documents de précieux modèles, autant de bonnes sources d’inspiration pour vos oraux. La possibilité d’afficher des sous-titres (en anglais !), et d’accéder à des mini-bibliographies pour approfondir les sujets ajoutent encore à l’intérêt qu’il faut porter à TED.

Voici une liste de 10 de ces TED Talks qui peuvent vous servir directement pour travailler en vue de vos oraux de concours 2018 : Lire la suite

« Entrées précédentes Derniers articles »